Marathon du Mont Blanc par Daniel A.

Publié le 10 Juillet 2013

Marathon du Mont Blanc par Daniel A.

MARATHON DU MONT BLANC

Voilà un long week-end qui commence pour notre petite équipe composée de Pascal Stéphane Sylvain Laurie et nos 2 accompagnatrices Stéphanie et Cathy.

Réveil 4h30 départ du gite une heure plus tard et nous voilà déjà sous l’arche de départ, après un premier signe encourageant. Je me trouve devant Anna Frost……….dans la file d’attente des toilettes. Ce sera la seule fois de la journée. Please Ana photo with me ? Thank you. Good luck.

7h00 et c’est parti dans les rue de Chamonix ou déjà beaucoup de monde nous encourage.

La première partie dans la vallée nous permet de chauffer les jambes. Arrivé au premier ravito à l’Argentière déjà un allez Daniel puis un second suivi de plusieurs autres et la je me tourne à ma gauche vers mon compagnon de route avec qui on va faire l’élastique toute la journée et lui demande .Tu es du coin ? Tu as l’air d’être connu. Pauvre couillon c’était moi qu’ils encourageaient car il y avait le prénom sur le dossard.

Les villages défilent et toujours cette ambiance de fête (musique cloche déguisements….) Je suis toujours tout sourire et admiratif devant ces enfants et leurs parents venus soutenir d’illustres inconnus.

Enfin Vallorcine ou Cathy nous attends pour quelques photos. Elle aurait pu faire la grasse matinée mais elle était la à 8h pour voir passer la flèche Killian Jornet et les fléchettes féminines. Première difficulté de la journée le col des Posettes et là je sors mes bâtons tout neufs qui vont bien m’aider. Je fais la montée correctement et on débouche sur le panorama fabuleux de la chaine du Mont Blanc sous un grand soleil. Je prends le temps de faire quelques photos et la contrôle du sac. Il a du le regretter celui la, je l’ai tenu 5 mn à énumérer tout le matos. Il faut dire que j’aurais pu tenir 3 jours dans la montagne avec mes gels, barres, coupe vent,Kway, gants, bonnet, buff, etc.

La descente débute par une jolie crête puis un single délicat car rendu glissant par la pluie de la veille. Retour dans la vallée et la je suis toujours aussi bien sans me rendre compte que les heures défilent. Je dois avouer que comme le dit Laurie je passe mon temps à manger. Je me rassure en disant qu’il ne reste qu’une seule montée, mais quelle montée, 11km pour finir par le fameux mur. Heureusement qu’il y a quelques parties de relance dans le sous bois. Le chemin prend du pourcentage quand mon téléphone sonne, c’est Cathy. Tu es ou? Je t’ai manqué? Ça fait un moment que Laurie Stéphane et Sylvain sont passés. J’arrive encore 800m et je sors du bois. Merci pour ta patience et pour les derniers km que nous avons effectués ensemble.

Encore un mur et on débouche à la Flégère, dernier ravito en musique avec toujours ces merveilleux paysages et ce Mont Blanc qui ne nous quitte plus. Cathy joue ma secrétaire particulière répond au téléphone, donne des nouvelles à Laurie qui s’inquiète de ne pas nous voir arriver. Le sentier étroit prends de l’altitude puis débouche sur un plus large et c’est la que jailli le désormais célèbre quatre, quatre, j’ai vu le quatre sur les dizaines de ma montre. J’ai enfin dépassé les 40 bornes. Il ne reste plus qu’a retrouver Laurie venu à notre rencontre pour finir la course en famille. Au passage j’ai eu droit à ma petite engueulade de sa part (elle se venge car j’ai du la grondée petite) tu fais quoi la ? Tu randonnes et tu blagues, tu n’es même pas essoufflé. Du coup Cathy me donne le rythme 1,2,1,2………..

L’arrivée a lieu au bout d’un énième mur avec une foule qui t’encourage à te dépasser et la sans savoir pourquoi tu cours, sans savoir qui court avec toi (la preuve Sylvain est venu me booster sur quelques mètres sans que je le reconnaisse) et sans savoir si tu ne vas pas t’écrouler derrière la ligne.

13h54, voilà c’est bouclé, la photo sous l’arche avec la médaille autour du cou et la satisfaction d’en avoir fini sans pépin

Le retour dans la vallée en téléphérique clôturera ce magnifique trail.

Une phrase entendue sur notre passage me restera : merci pour le spectacle que vous nous offrez.

A mon tour je remercie tous ces spectateurs venus nous encourager, c’était un immense plaisir de courir chez eux.

Pascal sans tes crampes assassines toi aussi tu m’aurais attendu a l’arrivée

Pierre Corine et Stéphanie la prochaine édition sera pour vous car aucun récit n’est à la hauteur de la magie de cette course.

Daniel Atz

Rédigé par Corine

Publié dans #RECITS DE COURSES-SORTIES-ACCIDENTS

Commenter cet article